Monday 26
N - Social and Economic Rights of Artists and Art Workers: A Comparative Perspective on Cultural Industries in India.
Coord. Florence Nowak
› 14:00 - 15:30 (1h30)
› salle / room 301
Description de l'atelier / Panel description
Florence Nowak  1, 2@  , Christine Ithurbide  2, 3@  , Emmanuelle De Decker  4@  , Soraya Hamache  2, 5@  
1 : École des hautes études en sciences sociales  (EHESS)  -  Website
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)
190-198 avenue de France, 75013 Paris -  France
2 : Centre d'Études de l'Inde et de l'Asie du Sud  (CEIAS)  -  Website
CNRS : UMR8564, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)
190-198 avenue de France - 75 244 Paris cedex 13 -  France
3 : CSH New Delhi - Umifre 20
4 : Groupe de Recherches et d'Etudes Sociologiques du Centre-Ouest  (GRESCO)  -  Website
Université de Poitiers, Université de Limoges : EA3815, Institut Sciences de l'Homme et de la Société
5 : Centre d'Etudes des Mondes Modernes et Contemporains  (CEMMC)  -  Website
Université Bordeaux Montaigne (CEMMC)
Université Bordeaux Montaigne Maison de la Recherche Domaine universitaire 33607 Pessac cedex -  France

Panel presentation :

Cultural industries in India have been experiencing an unprecedented economic growth for the last thirty years. Numerous “gaps” in the understanding of these industries remain, including the question of the workers, still a marginal issue in Indian labor studies. Indeed, art labor in India represents a silent, often informal army that highlights the complex articulation between local social systems and globalization. This panel focuses on artists and art workers, especially on the evolution of their social and economic rights since the liberalization. It also suggests a shift in the approach of cultural products in India, by aiming to focus more on the material conditions behind the making of an artwork.

How can we define art workers, and how far can we get by addressing creation through labor? By whom and for whom is the question of social and economic rights being raised? How to apprehend such diversity, from high-up musicians, singers, filmmakers, painters or writers to the indispensable yet invisible backstage crews like light and camera assistants, sound recorders or craftsmen? Based on a comparative study between visual arts, design, cinema, music and literature, this panel proposes a multifactorial analysis of collective situations, where various solutions (from coping strategies to paradigm shifts) are being experimented. Firstly, we will discuss the matter of working conditions: health, safety, wages and discriminations. Secondly, we will address the efforts towards the creation of common norms through legal protection, associations, trade unions and state regulation. The strength of this approach also lies in bringing together the methodologies of different disciplines, including ethnography, geography, sociology, economy and law.

Our main objective is to better understand the recent evolutions of artists' and art workers' social and economic rights in India, as well as the modes of emergence of this awareness (e. g. through the circulation of models), and their translation into various collective actions.

 

----

 

Résumé du panel :

Les industries culturelles en Inde connaissent depuis trente ans une croissance sans précédent. De nombreuses zones d'ombre restent à explorer pour comprendre ces industries, notamment la question des travailleurs qui reste marginale dans l'étude des industries culturelles indiennes. En effet, le travail artistique en Inde désigne une armée silencieuse, qui démontre l'articulation complexe entre les systèmes sociaux locaux et globalisés. Ce panel se concentre sur les artistes et les travailleurs de l'art, en particulier sur l'évolution de leurs droits économiques et sociaux depuis la libéralisation. Il propose également un déplacement dans l'analyse des industries culturelles indiennes, en s'attachant d'abord aux conditions matérielles de la création des œuvres.

Comment définir les travailleurs de l'art, et jusqu'où cette approche de la création comme travail peut-elle nous mener ? Par qui et pour qui la question des droits économiques et sociaux est-elle posée ? Comment appréhender une telle diversité : musiciens, chanteurs, réalisateurs, peintres et écrivains renommés mais aussi indispensables et invisibles équipes en coulisses, assistants lumière et caméra, ingénieurs du son et artisans ? À partir d'une étude comparative entre arts visuels, design, cinéma, musique et littérature, ce panel propose une analyse multifactorielle de situations collectives, où différentes solutions (des stratégies d'adaptation aux changements de paradigme) sont expérimentées. La discussion s'intéressera d'abord aux conditions de travail : santé, sécurité, salaires et discriminations. Elle abordera ensuite les tentatives de création de normes communes via la protection légale, les associations, les syndicats et les régulations étatiques. La force de cette approche réside dans sa mobilisation des méthodologies de différentes disciplines, dont l'ethnographie, la géographie, la sociologie, l'économie et le droit.

Notre objectif principal est de mieux comprendre les évolutions récentes des droits économiques et sociaux des artistes et travailleurs de l'art en Inde ; ainsi que les formes de cette prise de conscience (notamment par la circulation des modèles) ; et leur traduction en différentes actions collectives. 


Online user: 1 RSS Feed