Monday 26
J - From Labour Migration to Modern-Day Slavery: The Changing Face of Vietnamese Migrants. A Comparative Perspective from Southeast Asia to Europe (1)
Coord. Danielle TAN
› 14:00 - 15:30 (1h30)
› salle / room 103
Description de l'atelier / Panel description
Danielle Tan  1@  , Thi Hiep Nguyen, Tereza Freidingerová, Caroline Grillot, Claire Brickell, Daniel Silverstone@
1 : Institut de recherche sur l'Asie du Sud-Est contemporaine  (Irasec)  -  Website
179 Thanon Witthayu, Lumphini, Pathum Wan, Bangkok 10330 -  Thaïlande

Panel presentation :

New studies on Vietnamese migration show increasingly diverse migration trends. In the era following the end of the Vietnam War, Vietnamese migration had two very different faces: the mass humanitarian flows of refugees and “boat people” who were largely resettled in Western countries, and new student and labour migrant flows heading to Vietnam's communist allies in the Soviet Bloc. The adoption of the 1986 Doi Moi (renovation) open-door policy—which included the loosening of some migration restrictions—led to a marked increase in both internal and international migration. Recent trends include increasing labour migration to Asia and the Middle East, and a rise in migrant brides. There are now more than 500,000 Vietnamese working as contract labourers overseas, including a growing number of women. More recently, new migration routes to Europe with the ultimate goal to reach the United Kingdom via Russia and Eastern European countries have thus far received little attention. The United Kingdom has become the new Eldorado for many rural Vietnamese, especially from northern and central provinces. Given the surge in asylum seekers and refugees arriving in Europe, the passage through the English Channel tunnel from the northern French town of Calais has turned out to be more and more expensive and dangerous, as they have to pay significant amounts to smugglers. Most of these migrants fell into serious debt, and the most vulnerable end up in human trafficking and modern-day slavery in cannabis in-door plantations. This panel aims to gather together the most recent research on the changing face of Vietnamese migration. The contributors will put their terrains from Southeast Asia to Europe into comparative perspective. These presentations will illustrate the diversity, the geographical scope and the overall complexity of migration processes through highlighting the agency of Vietnamese migrants in their migratory strategies.

 

----

 

Résumé du panel :

Les nouvelles études sur la migration vietnamienne révèlent des tendances migratoires de plus en plus diverses. Dans la période suivant la fin de la guerre du Vietnam, la migration vietnamienne présentait deux visages très différents : les flux massifs de réfugiés et de «boat people» en grande partie accueillis par les pays occidentaux, et une nouvelle vague d'étudiants et de travailleurs migrants en route vers les pays alliés communistes du bloc soviétique. L'adoption en 1986 de la politique de réformes économiques dite du Doi Moi (renouveau)—qui comprenait l'assouplissement de certaines restrictions migratoires—a conduit à une nette augmentation de la migration interne et internationale. Les tendances récentes comprennent une migration de travail de plus en plus importante en Asie (à savoir, le Japon, la Malaisie, la Corée du Sud et Taiwan) et dans le Moyen-Orient, ainsi qu'une augmentation de la migration par le mariage. On compte aujourd'hui plus de 500 000 Vietnamiens enregistrés comme travailleurs contractuels à l'étranger, dont un nombre croissant de femmes. Plus récemment, de nouvelles voies de migration vers l'Europe, avec le but ultime de rejoindre le Royaume-Uni via la Russie et les pays d'Europe de l'Est, ont jusqu'à présent reçu peu d'attention. Le Royaume-Uni est devenu le nouvel Eldorado pour de nombreux migrants ruraux, en particulier ceux originaires des provinces du nord et du centre du Vietnam. Compte tenu de la forte augmentation de demandeurs d'asile et de réfugiés arrivant en Europe, le passage à travers le tunnel sous la Manche à partir de la ville de Calais située dans le nord de la France, s'avère de plus en plus coûteux et dangereux, car les migrants doivent payer des sommes importantes aux passeurs. La majorité est redevable d'une dette importante, tandis que les plus vulnérables sont victimes de traite d'êtres humains et d'esclavage moderne dans la culture de cannabis en intérieur. Ce panel a pour but de rassembler les recherches les plus récentes sur l'évolution de la migration vietnamienne. Les contributeurs vont confronter leurs terrains localisés en Asie du Sud-Est et en Europe dans une perspective comparative. Ces présentations illustreront la diversité, l'étendue géographique et la complexité globale des processus de migration en mettant en lumière la capacité d'agir des migrants vietnamiens dans leurs stratégies migratoires.


Online user: 1 RSS Feed